Livre d'Or

pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

Ajouter un nouveau commentaire

Pierre Molherac a écrit, le 25/05/2013 à 18H28 :
Bravo pour votre site,long mais passionnant à lire.
Il vous fait regretter d'appartenir à l'espèce humaine .
Cette guerre de 14/18 m'a toujours révolté par son coté "massacre de gens qui ne se connaissaient pas au profit de gens qui se connaissaient" et cela n'apparait pas beaucoup dans vos différents paragraphes....
Par exemple, il manque l'évocation de la chanson de Craonne
et son histoire ou celle des "fusillés pour l'exemple".
Nous nous sommes rencontrés à Pierrelatte lors d'une exposition. J'ai travaillé 20 ans dans les usines militaires d'enrichissement de l'uranium pour l'arme nucléaire et j'en ai toujours été fier car pour moi c'est une arme qui évite ces horreurs et qui nous permet de vivre en paix.De plus elle tue le riche comme le pauvre.
Cordialement

MOURIER - CHOL Christiane a écrit, le 12/05/2013 à 17H13 :
Respect et Admiration pour tous ces hommes qui se sont battus pour leur pays donc pour NOUS. Mon grand oncle était de ceux-là
Gabriel CHOL mort à fontaine Routon le 15.12.1916 à l'âge de 20 ans - 255ème Régiment d'infanterie - Je regrette de ne jamais l'avoir connu pourtant il habite très souvent ma mémoire - merci pour ce site de références historiques.
Christiane MOURIER CHOL

Shark a écrit, le 01/05/2013 à 03H12 :
Bonsoir,

Très bon site bien agencé avec des témoignage poignant.
Où avait vous trouvez tout ces témoignages de soldats du 143e RI? Si c'est tiré d'un livre je serai ravi de le connaitre faisant de nombreuses recherches en ce qui concerne ce régiment.

Bien cordialement,
Shark

gérard a écrit, le 04/04/2013 à 09H50 :
LOUVEL Eugène

Un poilu de la grande guerre 1914-1918, mon grand père. Son nom LOUVEL Eugène, Emile Louis . Né le 12 mai 1896 à Tourville-sur-Arques (un très beau village à 4 km de Dieppe 76 Seine Maritime).

Il fut mobilisé le 11 avril 1915 au 1er régiment de zouave.
Le 3 juin 1916, il passa au 3 éme régiment de zouave en renfort et il combattu à Verdun (Meuse) dans les tranchées et la boue. Il fut blessé le 15 novembre 1916 à Douaumont sur les hauteurs de Verdun d’un éclat d’obus au bras et à la main gauche.
Il retourna au front après guérison.

Au front il se distingue avec courage sur l’attaque du Mont Saint-Siméon (Oise) le 28 aout 1918 et sur l’attaque de la tranchée de la Madone (Oise) le 30 aout 1918 ce qui lui valu une citation : Zouave LOUVEL Eugène Emile Louis. Il fut cité à l’ordre du régiment le 20 septembre 1918 comme zouave dévoué et courageux. Chargé à différentes reprises pendant les journées du 28 et 30 aout 1918 de missions de liaisons très périlleuses, il les à exécutés avec un courage au-dessus de tout éloge à travers les tirs de barrage ennemi et les tirs de mitrailleuses.
Il reçu la Médaille de la croix de guerre 1914-1918 avec étoile de bronze (pour sa citation). Et plusieurs autres médailles.
Sur le front il fait 2 ans, 2 mois et 3 jours en unité combattante.
Il arriva sous les drapeaux le 11 avril 1915 et il fut démobilisé le 17 septembre 1919

Son frère LOUVEL Cyprien, mon grand oncle, 132e RI est mort aux Eparges (Meuse) le 19 janvier 1915. Son nom est graver a l'ossuaire de douaumont.
Je suis allez plusieurs fois a Verdun et aux Eparges. Pour moi, l'ossuaire de Douaumont est le temple des héros !!!

gérard a écrit, le 04/04/2013 à 09H44 :
Histoire d’un poilu tué aux champs d’honneur
Pendant la grande guerre de 1914-1918
( Cyprien Léon LOUVEL mon grand oncle

Louvel Cyprien Léon était l’ainé de la famille louvel , né le 16 juin 1894 a Tourville sur arques (76 seine maritime )un petit village a coté de dieppe

Il fut mobilisé le 7 septembre 1914 au 132 e régiment d’infanterie à Reims.

La guerre était déclarée depuis un mois (aout 1914), quand Cyprien Louvel est parti au front le 25 octobre 1914, il arriva aux Éparges (20 km de Verdun Meuse ) avec le 132e régiment d’infanterie 2 e bataillon ou il combattu jusqu’au 19 janvier 1915 date à laquelle il décéda à l’âge de 20 ans Suite a des blessures .

Les Éparges sont le théâtre d’une lutte les plus meurtrières et les plus pénibles de toute la guerre, l’hiver venu a changé tous les hauts de la Meuse en une mer de boue profonde et collante.
L’ennemi s’acharne pour la possession de la crête des Éparges, les attaques et les contre attaques les combats corps a corps à la ballonnet et à la grenade sous un bombardement d’obus de tous calibres.
Louvel Cyprien Léon combattu sur la crête à la même période aux Éparges
(l’hiver 1914-1915 ) que l’écrivain Maurice Genevoix ( décédé en 1980 ) qui était au 106 RI les 2 régiments on combattus ensembles sur la crête, blessée aux Éparges a décrit de manière saisissantes dans l’ouvrage (ceux de 14 ) ses combats terriblement meurtriers, Citation de l’écrivain : « ce que nous avons fait ,c’est plus qu’on ne pourrait demander a des hommes et nous l’avons fait, en replaçant les hommes au cœur de l’événement il nous permet de bien comprendre la grande guerre ».
Maurice Genevoix est l’inspirateur du comité national du souvenir de Verdun et du mémorial.
Les Éparges font partis de la bataille de Verdun, pour l’état major français la possession de la Crète était un objectif majeur car elle dominait toute la plaine de la Woëvre.
A l’époque l’alsace et la lorraine étaient occupées par les allemand...depuis 1870.
Le nom de LOUVEL Cyprien est gravé à l’ossuaire de Douaumont qui se trouve au dessus de Verdun.
L’ossuaire de Douaumont est le temple des « héros » de 1914-1918.


Ils ont connu l ‘enfer de la guerre !
Merci a eux qui ont sacrifié leur vie sur les champs de bataille
Leur jeunesse, leur âme, leur chaire, leur vie ……..


LOUVEL cyprien léon a la médaille de verdun

Gilbert a écrit, le 15/03/2013 à 20H29 :
Bonjour.
Votre site et magnifique et excellement bien documenté. Je souhaiterais vous entretenir d'un projet d'édition. Pouvez-vous me contacter sur cette adresse : gilblay@wanadoo.fr
Merci d'avance
FG

Le concepteur de ce site a écrit, le 19/02/2013 à 21H29 :
Bonjour Madame
Nous allons entrer dans 4 années de commémoration de la première guerre mondiale. Nous pouvons discuter afin que Gaston puisse assister aux évènnements qui se préparent. Vous pouvez me joindre à ce mail : christophe.fombaron@free.fr.

Gaston a écrit, le 19/02/2013 à 09H26 :
Bonjour, je suis la maman de Gaston, un petit garçon de 10 ans qui depuis... qu'il sait lire, dessiner et parler ne s'intéresse qu'à Verdun, qu'à cette guerre tragique. Il relit la correspondance de mon arrière grand-père mort de la grippe espagnole avec respect et solennité, collectionne quelques objets (briquets, insignes, boutons, et autres cadeaux que lui offre son papa) et souhaiterait participer à des reconstitutions historiques. Nous habitons sur le Mont Ventoux dans le Vaucluse. Merci.

gilles DRAPIER a écrit, le 25/01/2013 à 18H26 :
A la lecture de vos textes j'ai pu comprendre pourquoi le grand père de ma mère a été tué à DIEPPE ( DOUAUMONT ) à l'âge de 42 ans alors que deux jours auparavent il était encore dans la territoriale.Le deuxième jour de l'attaque de VERDUN un obus est tombé dans le trou ou il était en poste .Il n'a donc pas de tombe .Les ordres étaient " les vieux devant"!!!!Pour son souvenir dans l'ossuaire il faut PAYER .
Le père de ma mère quant à lui s'est engagé à l'âge de dix sept ans .Il portait les plis en premières lignes comme vous le racontez si bien dans vos textes .Il n'a pas été blessé ni tué .Certains sont partis en 12 pour revenir mi 19 ,en dédommagement ils ont reçu un ticket pour s'acheter un costume sur le compte du pays .Quel honneur !

Bernard Perraudin a écrit, le 30/12/2012 à 11H56 :
J'ai trouvé sur votre site une information technique en complément de ma lecture des mémoires de Louis Maufrais J'ETAIS MEDECIN DANS LES TRANCHEES (Laffont 2008). Cette documentation est une porte que l'on pousse avec émotion pour entrer dans le terrible quotidien de ces millions d'hommes - c'était nos grands pères -

RIFFIOD ISABELLE a écrit, le 18/12/2012 à 18H38 :
CONTINUONS A AIMER LA FRANCE DE TOUT NOTRE COEUR ET N OUBLIONS JAMAIS ABSOLUMENT JAMAIS LES POILUS

RIFFIOD ISABELLE a écrit, le 18/12/2012 à 18H37 :
MA GRAND MERE PATERNELLE AYANT PERDU SON FIANCE A LA GUERRE DE 1914 1918 ELLE FUT CONSIDEREE COMME UNE VEUVE BLANCHE; APRES UN MARIAGE DE RAISON ELLE PERDIT SON EPOUX EN 1936 SUITE A UN ACCIDENT DE MOTO. JE RENDS HOMMAGE A SON IMMENSE COURAGE EN FAISANT UN MEMOIRE TRIPARTISTE A L IUFM D ETIOLLES SUR CE TERRIBLE CONFLIT;FELICITATIONS

FLANCQUART a écrit, le 13/12/2012 à 20H18 :
JE SUIS FIERE DE NOS POILUS DES HOMMES DES VRAIS ENCORE MERCI POUR LEURS BRAVOURES CORDIALEMENT.

Edith a écrit, le 12/12/2012 à 00H32 :
Merci pour tout ce travail, c'est remarquable. Un seul souhait : si vous aviez le temps de noter les sources des images et de les légender,ce serait un grand plus. Comme elles sont nombreuses et variées,cela permettrait de les identifier et de mieux en profiter. Cordialement,avec un grand merci!
ED

Rien a écrit, le 09/11/2012 à 13H28 :
Beau site

Jean-François LENGELE a écrit, le 03/10/2012 à 16H09 :
Site remarquable. j'ai retrouvé avec plaisir des extraits du "Verdun" de Jacques PERICARD, dont j'ai hérité au décès de mon grand-père maternel, Séraphin FAGOT.
Etudiant en pharmacie en 1914, sursitaire, il avait été mobilisé comme brancardier au 12° BCP à la déclaration de guerre. Il a terminé la guerre comme médecin auxiliaire, ceux qui étaient dans les postes de secours de l'avant. Il était passé à Verdun....
Encore bravo, continuez!!!
colonel Lengelé

thomas Grobon a écrit, le 26/09/2012 à 10H22 :
salut Christophe, suite a notre wwek end passé a Faverges je reviens vers toi pour avoir de tes nouvelles ?
notre assos " les Poilus de Vaucluse " a quelques projet et j'aimerais en discuter avec toi.
bien amicalement

Thomas
thomasgrobon@aol.com

Philippe PARISON a écrit, le 21/09/2012 à 22H17 :
Exceptionnel ! Superbe site, et super travail, toutes les félicitations!

Ferry a écrit, le 19/09/2012 à 23H25 :
merci pour ce site, superbe, interressant et émouvant parfois


Van Crombrugge Samuel a écrit, le 11/08/2012 à 12H57 :
Un grand merci pour ce site. En lisant les temoignages, j' ai pu me faire une idée de ce qu'a endurer mon arriére-arriére-grand-oncle nommé Ernest Trouilhet soldat au 92eme RI (Son régiment a combattut au bois des corbeaux et il a survécu avec une centaines d'autres hommes de son régiment a le contre attaque allemande où le colonel Macker se fit tuer avant de se replier sur le mort homme.) Il a été mortelement blessé dans la Somme.

pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

Ajouter un nouveau commentaire :

Votre nom :

Votre commentaire :