Les képis et le bonnet de police (calot) :

 

Le couvre-képi :

Depuis 1902, il existe un couvre-képi se présentant en 2 parties, un manchon et un couvre-nuque tout 2 confectionnés dans un drap gris de fer bleuté.
En 1913, un nouveau modèle pratiquement identique à l'ancien est confectionné en cretonne de couleur bleue.
Dès les premiers mois de guerre, il est prévu, en campagne, de recouvrir le képi modèle 1884 du couvre-képi comme élément de " camouflage ". Dans l'urgence, un grand nombre de couvre-képis modèle 1913 son produits alors que le couvre-nuque est abandonné.
Après plusieurs mois, soumise aux intempéries, la toile bleue claire dont est fait le couvre-képis est littéralement délavée, tachée par l'humidité. Toutes les nuances de bleu sont constatées et les Poilus coiffés ainsi paraissent réellement disparates.

Couvre-képis modèle 1913

Un grand nombre d'entre eux se procurent des couvre-képis achetés dans le commerce, particulièrement des modèles en toile cirée résistant mieux à la pluie. Les officiers, étant soumis aux mêmes contraintes, ferment les yeux sur cette entorse au règlement.

Couvre-képis du commerce en toile cirée

Couvre-képis du commerce avec une croix rouge.

Destinée à un officier des services de santé.

 

Le képi 1er type :

En septembre 1914, les képis commencent à être directement confectionnés à partir de drap bleu, mais en raison des difficultés d'approvisionnement en matière première, on trouve de nombreuses variantes de teinte.
L'ancien képi modèle 1884 va subir cette mesure de camouflage mais parallèlement, un nouveau képi simplifié va voir le jour qui remplacera définitivement le modèle 1884.
Ce dernier dit "képi modèle1914 1er type" a perdu la bande passepoil, il est moins haut et d'une couleur gris bleuté qui va évoluer jusqu'en 1915 pour atteindre le fameux bleu horizon recherché.
Les numéros du régiment sont soit taillés dans un tissu gris bleuté et placés sur un rectangle rouge cousu sur le devant du képi, soit simplement repris du képi 1884.


Képi modèle 1884 modifié 1914


Képi modèle 1914 1er type

 

Le képi 2eme type :

En décembre 1914, le modèle dit 1er type est rehaussé au niveau du bord supérieur pour éviter que la pluie ne s'accumule sur le haut du képi. Problème rapidement constaté sur le terrain.
Ce nouveau modèle prend l'appellation de képi 1914 2eme type. Jugés trop voyant, les numéros de régiments tentent à disparaitre peu à peu.

Képi modèle 1914 2eme type

 

Les képis non réglementaires :

En plus des képis dit "réglementaires", un grand nombre de fabricants proposent une gamme de képis parfois proche du modèle en vigueur parfois pour le moins fantaisie. Nous voyons par exemple un képi en feutre bleu foncé disponible fin 1914, pas du tout adapté à la vie de tranchée, il sera très peu utilisé.

D'autres modèles sont copier sur le modèle officier.
Cette production tout azimut a un avantage économique, non seulement les soldats sont demandeurs, mais elle permet également d'écouler au mieux les chutes de tissus. Là encore, y trouvant sont compte, l'armée ferme les yeux jusqu'à un certain point sur ce marché parallèle. Par exemple, le port du képi de troupe copié sur le modèle officier n'est toléré que lorsque le soldat qui en a fait l'acquisition est en permission.

Képi non réglementaire proche du modèle 1914 1er type

Képis troupes non réglementaires proches du modèle officier (autorisé qu'en permission)

 

 

Képis officier

 

Le béret bleu horizon :

En 1915, avec l'apparition du casque Adrian, il devient nécessaire de concevoir une coiffe de repos pour les soldats. Le képi en vigueur se prête mal à cette fonction car il est trop encombrant s'il n'est par porté.

Le 31 juillet 1915, le haut commandement propose au général Joffre le béret déjà en vigueur pour les troupes alpines, mais confectionner dans du drap bleu. Le général accepte et très vite, le nouveau béret est produit en masse et largement distribué aux troupes. Il est de confection très simple et ne possède pas de doublure.
Cependant, devant les critiques violentes et incessantes des chasseurs alpins jaloux de voir leur coiffe si particulière s'étendre à toute l'armée, le général Joffre abandonne l'idée 1 mois et demi plus tard.

Béret bleu horizon (autrement appelé "tarte")
Dans cet exemplaire, le propriétaire à pris la liberté
d'ajouter le numéro de son régiment.

Malgré une si petit existence, le béret Bleu horizon fit beaucoup d'adapte, et quelques soldats le portèrent jusqu'à la fin de la guerre.

 

Les bonnets de police :

Type 1891

Depuis 1891, le soldat possède dans son paquetage un calot (autrement appelé " bonnet de police "). Il l'utilise généralement pour le travail à la caserne, les corvées.
Le 14 septembre 1915, le bonnet de police devient officiellement la coiffure de repos du soldat français. Il faut signaler que les hommes qui ont passé l'hiver dans les tranchées et qui avaient apporté leur calot dans leur paquetage, ont déjà pris l'habitude de le porter en guise de bonnet pour se protéger du froid.

Rapidement, tous les stocks restant sont envoyés vers le front pour équiper le maximum d'hommes. Cependant, il est rapidement clair qu'il faut en produire un grand nombre pour que chaque soldat en soit pourvu.
Une première commande est portée à 2 millions d'exemplaires. Suivant la réforme en cours, les calots sont du modèle 1891 mais faits avec le même tissu de couleur bleue que les képis.

La encore, les productions civiles ne vont pas manquer. Souvent très proche du modèle réglementaire, le tissu employé est de meilleur qualité, les formes sont généralement un peu plus avantageuses, des liserés reprenant la couleur du passepoil de la culotte sont ajoutés en haut des rabats. Cependant, ce liseré ajouté ne sera jamais réglementaire.


Calot modèle 1891/1915 réglementaire.


Calots du commerce (Génie modèle 1915)
Non réglementaire

Calot du commerce très proche
du modèle 1891/1915 réglementaire.
Seul le liseré est en trop.

Calot du commerce
(Sergent d'artillerie modèle 1915)
Non réglementaire

Calot du commerce
(Infanterie modèle 1915)
Non réglementaire

 

Type 1917

Parmi tous ces calots du commerce, l'un se distingue cependant des autres. Sa forme "Empire" est très appréciée des Poilus car elle leur donne une silhouette plus moderne. Beaucoup plus carré, le soufflet est supprimé sur le dessus.
Devenant de plus en plus courant durant l'année 1917, l'armée décide officiellement le 9 août 1918 que la forme "Empire" sera celle du nouveau calot réglementaire. Cette décision est soutenue par le fait que ce nouveau calot est beaucoup plus simple et moins coûteux à fabriquer que son prédécesseur.

Calot du commerce très proche
du modèle 1918


Calots du commerce (Capitaine d'infanterie modèle 1918)
Non réglementaire

 

Le casque d'aviateur :

Casque de pilote (en cuir)